• Madonna Tribute to David Bowie Rebel Rebel

    Lundi 11 Janvier nous quittait l'immense star David Bowie, mondialement connu pour son talent musical indéniable, ses 150 millions de disques vendus, ses 50 ans de carrière et ses personnages scéniques androgynes. A 69 ans, et quelques jours après la sortie de son 26e album studio BlackStar.

    Emue et attristée par la nouvelle, Madonna lui a rendu un vibrant hommage d'abord sur les réseaux sociaux et sur son site internet, le jour même, déclarant :

    "I'm devastated.
    David Bowie changed the course of my life forever. I never felt like I fit in growing up in Michigan. Like an oddball or a freak. I went to see him in concert at Cobo Arena in Detroit. It was the first concert I'd ever been too. I snuck  out of the house with my girlfriend wearing a cape.
    We got caught after and I was grounded for the summer. I didn't care.
    I already had many of his records and was so inspired by the way he played with gender confusion .
    Was both masculine and feminine.
    Funny and serious.
    Clever and wise.
    His lyrics were witty ironic and mysterious.
    At the time he was the thin white Duke and he had mime artists on stage with him and very specific choreography
    And I saw how he created a persona and used  different art forms within the arena of rock and Roll to create entertainment.
    I found him so inspiring and innovative.
    Unique and provocative.  A real Genius.
    his music was always inspiring  but seeing him live set me off on a journey that for me I hope will never end.
    His photographs are hanging all over my house today.
    He was so chic and beautiful and elegant.
    So ahead of his time.
    Thank you David Bowie.
    I owe you a lot. .
    The world will miss you.
    Love
    M"

    Puis le mardi soir, en concert à Houston, Madonna a rendu hommage à la star qui l'a tant inspiré dans sa jeunesse, en musique, reprennant, accompagnée de son guitariste Monte Pittman, le tube "Rebel Rebel", sorti en 1974:


    2 commentaires
  • pack_pics - Madonna Sean Penn Help Haiti Home Gala 2016 01 09

    Madonna s'est rendue samedi soir à Los Angeles pour assister au gala annuel de l'association caritative de Sean Penn en faveur de la reconstruction de l'île d'Haïti.

    Accompagnée de ses deux plus jeunes enfants David et Mercy James, elle est surtout apparue aux bras de son ex-mari Sean, visiblement très complices!

    2016 01 09 - Madonna at Sean Penn Haiti Gala, Los Angeles, USA (5)2016 01 09 - Madonna at Sean Penn Haiti Gala, Los Angeles, USA (11)
    2016 01 09 - Madonna at Sean Penn Haiti Gala, Los Angeles, USA (14)2016 01 09 - Madonna at Sean Penn Haiti Gala, Los Angeles, USA (2)

    Le doute ne semble plus permis concernant leur relation puisque la Queen Of Pop, lors d'un court discours en faveur de l'association, a ouvertement déclaré à Sean Penn son amour depuis la première fois qu'elle a posé les yeux sur lui!

    Elle a ensuite magnifiquement interprété une version longue de "La Vie En Rose" de Piaf au Yukulélé !

    Ce gala étant l'occasion de lever des fonds, chaque star présente a payé pour assister à la soirée et mis en vente aux enchères des effets personnel!

     

     
    <script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script>

    And this just happened. #helphaitihome @madonna #seanpenn JP HRO

    Posté par Marc Malkin sur samedi 9 janvier 2016

    votre commentaire
  • Madonna Rebel Heart Tour 2015

    last update : 2015.12.24

    NORTH AMERICAN TOUR 2015

                                              

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    DATE CITY COUNTRY VENUE
    09.09.2015 MONTREAL CANADA BELL CENTRE
    10.09.2015
    MONTREAL CANADA BELL CENTRE
    12.09.2015 WASHINGTON USA VERIZON CENTER
    16.09.2015 NEW YORK USA MADISON SQUARE GARDEN
    17.09.2015 NEW YORK USA MADISON SQUARE GARDEN
    19.09.2015 BROOKLYN USA BARCLAYS CENTER
    21.09.2015 QUEBEC CITY CANADA CENTRE VIDEOTRON
    24.09.2015 PHILADELPHIA USA WELLS FARGO CENTER
    26.09.2015 BOSTON USA TD BANKNORTH GARDEN
    28.09.2015 CHICAGO USA UNITED CENTER
    01.10.2015 DETROIT USA JOE LOUIS ARENA
    03.10.2015 ATLANTIC CITY USA BOARDWALK HALL
    05.10.2015 TORONTO CANADA AIR CANADA CENTRE
    06.10.2015 TORONTO CANADA AIR CANADA CENTRE
    08.10.2015 ST-PAUL USA XCEL ENERGY CENTER
    11.10.2015 EDMONTON CANADA REXALL PLACE
    12.10.2015 EDMONTON CANADA REXALL PLACE
    14.10.2015 VANCOUVER CANADA ROGERS ARENA
    17.10.2015 PORTLAND USA MODA CENTER
    19.10.2015 SAN JOSE USA SAP CENTER
    22.10.2015 GLENDALE USA GILA RIVER ARENA
    24.10.2015 LAS VEGAS USA MGM GRAND
    27.10.2015 LOS ANGELES USA THE FORUM
    29.10.2015 SAN DIEGO USA VALLEY VIEW CASINO CENTER
     
     

    EUROPEAN TOUR 2015

                                        
    DATE CITY COUNTRY VENUE
    04.11.2015 KOLN GERMANY LANXESS ARENA
    05.11.2015 KOLN GERMANY LANXESS ARENA
    07.11.2015 PRAGUE CZECH O2 ARENA
    08.11.2015 PRAGUE CZECH O2 ARENA
    10.11.2015 BERLIN GERMANY MERCEDES BENZ ARENA
    11.11.2015 BERLIN GERMANY MERCEDES BENZ ARENA
    14.11.2015 STOCKHOLM SWEDEN TELE 2 ARENA
    16.11.2015 HERNING DENMARK JYSKE BANK BOXEN
    19.11.2015 TORINO
    ITALY PALA ALPITUR
    21.11.2015 TORINO ITALY PALA ALPITUR
    22.11.2015 TORINO ITALY PALA ALPITUR
    24.11.2015 BARCELONA SPAIN PALAU SANT JORDI
    25.11.2015 BARCELONA SPAIN PALAU SANT JORDI
    28.11.2015 ANTWERP BELGIUM SPORTPALAIS
    29.11.2015 MANNHEIM GERMANY SAP ARENA
    01.12.2015 LONDON UK O2 ARENA
    02.12.2015 LONDON UK O2 ARENA
    05.12.2015 AMSTERDAM NL ZIGGO DOME
    06.12.2015 AMSTERDAM NL ZIGGO DOME
    09.12.2015 PARIS FRANCE BERCY ARENA
    10.12.2015 PARIS FRANCE BERCY ARENA
    12.12.2015 ZURICH SWITZER. HALLENSTADION
    14.12.2015 MANCHESTER UK MANCHESTER ARENA
    16.12.2015 BIRMINGHAM UK BARCLAY CARD ARENA
    20.12.2015 GLASGOW UK SSE HYDRO

     

    AMERICAN TOUR 2016

    DATE CITY COUNTRY VENUE
    06.01.2016
    MEXICO MEXICO SPORTS PALACE
    07.01.2016 MEXICO MEXICO SPORTS PALACE
    10.01.2016 SAN ANTONIO USA AT&T CENTER
    12.01.2016 HOUSTON USA TOYOTA CENTER
    14.01.2016 TULSA USA BOK CENTER
    16.01.2016 LOUISVILLE USA KFC YUM CENTER
    18.01.2016
    NASHVILLE USA BRIDGESTONE ARENA
    20.01.2016 ATLANTA USA PHILIPS ARENA
    23.01.2016 MIAMI USA AMERICAN AIRLINES ARENA
    24.01.2016 MIAMI USA AMERICAN AIRLINES ARENA
    27.01.2016 SAN JUAN PUERTO RICO COLISEO
    28.01.2016 SAN JUAN PUERTO RICO COLISEO
     
     

    OCEANIC & ASIAN TOUR 2016

    DATE CITY COUNTRY VENUE
    04.02.2016 TAIPEI TAIWAN TAIPEI ARENA
    06.02.2016 TAIPEI TAIWAN TAIPEI ARENA
    09.02.2016 BANGKOK THAILAND IMPACT ARENA
    13.02.2016 TOKYO JAPAN SAITAMA SUPER ARENA
    14.02.2016 TOKYO JAPAN SAITAMA SUPER ARENA
    17.02.2016 HONG KONG CHINA ASIA WORLD ARENA
    18.02.2016 HONG KONG CHINA ASIA WORLD ARENA
    20.02.2016 MACAU CHINA STUDIO CITY EVENTS CENTER
    21.02.2016 MACAU CHINA STUDIO CITY EVENTS CENTER
    24.02.2016 MANILA THE PHILIPPINES MALL OF ASIA ARENA
    25.02.2016 MANILA THE PHILIPPINES MALL OF ASIA ARENA
    28.02.2016 SINGAPORE SINGAPORE NATIONAL STADIUM NEW DATE
    05.03.2016 AUCKLAND NEW ZEALAND VECTOR ARENA
    06.03.2016 AUCKLAND NEW ZEALAND VECTOR ARENA
    12.03.2016 MELBOURNE AUSTRALIA ROD LAVER ARENA
    13.03.2016 MELBOURNE AUSTRALIA ROD LAVER ARENA
    16.03.2016 BRISBANE AUSTRALIA ENTERTAINMENT CENTER RESCHEDULED
    17.03.2016 BRISBANE AUSTRALIA ENTERTAINMENT CENTER RESCHEDULED
    19.03.2016 SYDNEY AUSTRALIA ALLPHONES ARENA
    20.03.2016 SYDNEY AUSTRALIA ALLPHONES ARENA

    votre commentaire
  • Madonnalex  Concours Anniversaire

    Pour le 10e anniversaire du site Madonnalex.com, tentez de gagner l'un des quatre grandes parutions de cette année ci-dessous : 


    - 1er prix : 1 Spotlight Magazine Rebel Heart Tour + 1 calendrier officiel 2016
    - 2e à 4e prix : 3 calendriers officiels 2016
    5e prix : 1 Rolling Stone Magazine
    6e prix à 9e prix : 4 Spotlight Magazines Rebel Heart Tour
    10
    e prix : 1 Cosmo Magazine

     

    Pour tentez de gagner l'un de ces cadeaux exclusivement offerts par les partenaires de Madonnalex, notamment la boutique Lucky Records, répondez au plus vite aux 5 questions ci-dessous. Envoyez vos réponses par e-mail à l'adresse madonnalex@hotmail.fr avant le 30/12/15 23h59 heure française, en n'oubliant pas de préciser vos nom, prénom, adresse, site web/page facebook/compte twitter et numéro de téléphone !

    Les gagnants seront sélectionnés parmi les participants ayant l'ensemble des bonnes réponses.

     

    Question 1 : Dans quelle ville Madonna a-t-elle démarré sa tournée Rebel Heart Tour 2015 ?

    Question 2 : Quelle chanson de Madonna vient d'être sacrée Chanson de l'année par les lecteurs du Rolling Stone Magazine ?

    Question 3 : Dans quelle ville Madonna lancera-t-elle la partie 2016 de son Rebel Heart Tour ?

    Question 4 : Combien de minisites dédiés à des tournées de Madonna le site Madonnalex dirige-t-il ?

    Question 5 : A l'occasion de la sortie de quel album de Madonna le site Madonnalex a-t-il été créé ?
     

    BONNE CHANCE A TOUTES ET TOUS
    ET TRES BONNES FETES DE NOEL !

     

    CONCOURS TERMINE!
    Les gagnants ont été tirés parmi les quelques 57 personnes ayant bien répondu à l'ensemble du questionnaire,
    dont les réponses sont :

    Réponse 1 : Montreal, Canada (09/09/2015)
    Réponse 2 : Ghosttown
    Réponse 3 : Mexico City, Mexico (06/01/2016)
    Réponse 4 : Trois (Sticky & Sweet Tour, MDNA Tour et Rebel Heart Tour)
    Réponse 5 : Confessions On A Dancefloor (2005)

     

    Et les gagnants sont...

    - 1 Spotlight Magazine Rebel Heart Tour + 1 calendrier officiel 2016 : Charlotte T. (14)
    - 3 calendriers officiels 2016 : Djamel F. (75), Christophe P. (69), Gilbert F-G. (32)
    - 1 Rolling Stone Magazine : Vincent B. (Barcelona)
    - 4 Spotlight Magazines Rebel Heart Tour : Laetitia H. (22), Nicole T. (Quebec), Kevin G. (01), Myriam C. (92)
    -
    1 Cosmo Magazine : Dominique D. (59)

     

    Bravo à eux 10, bravo et merci aussi aux 55 autres participants !


    6 commentaires
  • Alors que le Rebel Heart Tour retraverse l’Atlantique après 2 mois en Europe, Madonnalex.com vous livre ses impressions sur le show 2015 de Madonna, la 10e tournée de la Superstar à qui ce site est consacré.

    Sept. C’est le nombre de shows sur lesquels se fonde cette présente « critique », qui se veut être d’avantage un retour d’expérience qu’une réelle critique ; de sorte qu’elle puisse être un minimum subjective, quand même ! Köln (opening night européenne), Prague, Herning, Amsterdam (2 soirs) et Paris (2 soirs) sont les concerts vécus en live. Ce retour d’expérience s’appuie également, dans une moindre mesure, sur les vidéos, audios et infos sur le reste de la tournée, sur sa promo, sur son merchandising, sur sa ligne artistique, etc.

    Rebel Heart Tour - 2015 12 10 Paris - Alex (1)

    Alors que nous sommes très nombreux à être d’accords pour dire que l’album Rebel Heart de Madonna est sans nulle doute l’un de ses meilleurs des 10 ou 15 dernières années, surpassant à mon humble avis MDNA, Hard Candy et Confessions On A Dancefloor, et égalant sans rougir l’album Music en terme de richesse musicale et artistique, l’album 2015 aura malheureusement été marquée pour Madonna par de très décevantes ventes de disques, qu’ils soient ou non physiques. La faute en grande partie aux fuites du mois de Décembre 2014 qui a vu la totalité des démos de l’opus fuiter gratuitement sur le web. L’effort de promotion de Madonna, donnant des performances de Living For Love ou Ghosttown remarquées sur des plateaux télé et des scènes de cérémonies prestigieuses d’Europe et d’Amérique ne changera pas la donne : Rebel Heart ne dépassera pas la barre du million d’exemplaires légalement vendus, bien loin des 10 millions de galettes écoulées entre 2005 et 2006 pour Confessions On A Dancefloor, son dernier énorme succès commercial.

    Mais, et en ça le cas Madonna est particulièrement intéressant, d’album en album, Madonna est de plus en plus devenue une artiste que l’on va d’avantage voir en concert moyennant 100 ou 200 euros qu’écouter sur disque moyennant 10€. Chose intrigante s’il en est, elle est le parfait exemple de la mutation de l’industrie musicale qui s’est opérée depuis le début des années 2000 ; le téléchargement illégal ayant complètement massacré le marché du disque (sans toutefois le tuer), la valeur live de chaque artiste a grimpé ; les concerts restant à ce jour impossibles à retranscrire sur les plateformes de téléchargement illégal (l’audio d’un concert n’est qu’une seule dimension d’un spectacle en 3 dimensions ; 4 dimensions lorsque l’on parle de ceux de Madonna !), les promoteurs et maisons de « disques » ont prospéré ces dernières années sur cette ligne, abandonnant peu à peu le disque (d’abord le CD-single, puis le vinyle de collection, et bientôt le CD-album….) et faisant gonfler de façon démesurée le prix d’une place de concert, passant de 100 FF au milieu des années 90’s à 100€ minimum en 2015 (+700% en 20 ans !). Et si Madonna ne vend plus autant de disques qu’à la belle époque où les disques s’achetaient et les artistes se découvraient à la radio, le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne cesse d’attirer les foules à ses concerts. A tel point qu’après 3 Bercy en 2004 pour le ReInvention Tour (51.000 personnes) et 4 Bercy en 2006 pour le Confessions Tour (68.000 personnes), ce sont 2 Stade de France (130.000 personnes) + 1 Bercy (17.000 personnes) que Madonna remplit en 2008-2009 pour la tournée Sticky & Sweet Tour, non sans rappeler les chiffres du Who’s That Girl Tour 1987 au Parc de Sceaux avec des billets 5 fois moins chers. En 2012, Madonna récidive en donnant un concert le 14 Juillet au Stade de France. Mais les stades reste une bien mauvaise idée de lieu de concert, tellement l’acoustique n’est pas prévue en conséquence. Aussi, le calendrier 2015 ne collant pas, la tournée Rebel Heart Tour allait nécessairement être en partie en saison chaude, en partie en saison froide. Le Rebel Heart Tour fera donc la tournée de salles de concert à l’exception de quelques stades. Plus faciles et rapides à remplir par ailleurs !!!

    2015 11 04 - Rebel Heart Tour - Koln 046

    Rebel Heart Tour est la tournée soutien à l’album éponyme. Mais au regard des faibles ventes de l’album, il était prévisible que Madonna donne un part plus importante qu’à l’accoutumée à ses anciens tubes, comme elle choisit de la faire en 2004 pour le ReInvention Tour, soutien à l’album American Life à la qualité sans égale mais au succès commercial très timide. Comme en 2004 donc, Madonna a choisi pour le Rebel Heart Tour d’exploiter plusieurs de ses nombreux hits des années 80, 90 et 2000, quite à réitérer certains choix des 2 ou 3 tournées précédentes au grand damne de nombreux fans dont la soif de surprises est inépuisable et, surtout, inasechable. Mais, comme en 2006, 2008 et 2012, Madonna choisi tout de même d’ouvrir son show avec un titre de son dernier album en date, de préférence un titre qui n’est ni ne sera un « single » dudit album (à l’exception de 2012 où elle choisi Girl Gone Wild pour ouvrir le show). Iconic est sans doute la chanson parfaite pour lancer les hostilités ; très appréciée des fans, elle est en quelque sorte le cri de guerre d’une Madonna ayant atteint depuis un petit nombre d’années le statut de légende vivante (sans que l’on ne sache personnellement expliquer à quel moment à eu lieu le tournant !) alors même qu’elle se dévoile de plus en plus à travers les réseaux sociaux et montre ainsi son côté plus humain et presque accessible. Nous ne sommes plus à un paradoxe près, avec Madonna !

    2015 11 04 - Rebel Heart Tour - Koln 067

    Dans une tenue qui n’a rien de très innovant ni spectaculaire, rappelant très (trop ?) fortement celle portée lors du Drowned World Tour 2001, Madonna débarque sur scène par le plafond de la salle ; déjà vu en 2006 lorsqu’elle jaissait d’une boule à facettes géante. Bien que nommée Reine de la Réinvention, nous ne pouvons néanmoins pas décemment lui demander d’être à longueur de shows en train d’inventer de nouvelles choses qui ne ressemblerait jamais à aucune autre. La pop music ne saurait être autre chose qu’un continuum de créations artistiques destinées à un public très large aux goûts qui, sans ne jamais se renouveler, a toujours eu tendance à se répéter selon une certaine fréquence (on parle de « old school » pour une mode d’antan qui redevient tendance !) Malgré cela, et en toute objectivité, arrivée du plafond + costume geisha + vocoder surexploité donnent à Iconic un capital sympathie un peu faible pour une intro. Un capital qui ne grandira pour Madonnalex.com qu’à compter de la troisième chanson du show.

    La deuxième est Bitch I’m Madonna, sans doute la performance la plus décevante pour moi de tout le spectacle. Alors que la video de ce titre est festive et donne à voir une Madonna très déconneuse, sautillant et dansant dans tous les sens avec ses danseurs dans un ambiance plutôt bonne enfant et destructurée, la performance live du titre est tout l’inverse : une froide chorégraphie inspirée par la culture japonaise que rien ne semble réellement justifier à ce moment du concert. Le costume, en s’allégeant, à beaucoup gagné en qualité et ceux des danseurs et danseuses sont remarquables. Mais le manque d’inspiration transpire pendant 3 ou 4 minutes, Madonna frappant ses danseurs à coup d’éventail rouge acheté 3 francs 6 sous sur le marché de New York dans le quartier chinois !

    Passée cette déception relative de deux premiers titres du spectacle Rebel Heart, le concert débute à mon avis réellement lorsque Madonna, empoignant une guitare et se dévêtissant un peu plus encore, chante une version rock de Burning Up, issu de son premier album sorti en 1982. Certains trouvent sans doute à redire et regrettent le réemploi de ce titre dans une version proche de celle du ReInvention Tour 2004 (déjà 11 ans !). Que dire alors d’un Michael Jackson qui, toute sa carrière durant, ne réorchestra jamais un Billie Jean ou un Beat It !? Que diable ! Burning Up met véritablement le feu à la salle de concert tout entière, d’autant plus qu’il s’agit (et nombreux sont ceux à s’en réjouir) de la seule chanson que Madonna interprêté une guitare électrique à la main, fait suffisamment rare depuis 15 ans pour être souligné !

    Rebel Heart Tour - 2015 11 07 - Prague (28)

    Electrisée, l’assemblée réunie autour de la Reine de la Pop devient encore un peu plus chaude lorsque les premières notes de Holy Water résonnent. La Religion est à présent la thématique dominante, après que celle-ci (la thématique) se soit un peu cherchée pendant 10 bonnes minutes, vacillant entre Jeanne d’Arc, le Japon, les samouraïs avec crucifix, les éventails en papier rouge et les épées médiévales en cours de fonte. Des nonnes sur scène avec Madonna, s’adonnant au Pole Dance ; évidemment, beaucoup auraient tout autant aimé des hommes sur ces barres de strip-tease en forme de crucifix. Mais les petites culottes en dentelle blanche des charmantes danseuses de M ravissent le public. De quoi faire passer le premier playback de la soirée en catimini ! Couplé à Vogue où des icônes religieuses illustrent l’énumération des stars du cinéma et de la musique par Madonna (de Greta Garbo à Monroe en passant par Marlène Dietrich et Marlon Brando), Holy Water reste un moment fort du spectacle grâce aussi à la scène finale de ce titre, où la troupe, montée sur une table et reproduisant la Cène décrite dans les récits bibliques de Jésus et ses 12 apôtres, enchaine les positions équivoques et provoc’, hystériques et surtout pas très catholiques !

    On regrettera sans doute malgré tout la juxtaposition d’un trop grand nombre de mini-scènes dans une seule et même chanson (ou deux si on compte Vogue) : les nonnes et la pole dance, Vogue et les icônes religieuses, le pont instrumental, la Cène puis le moment où Madonna, entravée par une corde lui bloquant les bras (pour de faux !!!), est portée sur ses épaules par l’un de ses danseurs les plus hot. Cela fait un peu trop en si peu de temps, nos yeux et nos cerveaux sont sans doute incapables de suivre une telle cadence !!!! Sitôt assimilé (ou non), c’est Devil Pray qui prend le relai. Chanson issue du dernier album à nouveau fortement appréciée des fans, la mise en scène n’est pas sans rappeler celle de Forbidden Love, des danseurs illustrant les différentes religions monothéistes. Soit. Un moment qui ne fait malheureusement pas de vague, contrairement à ce que l’on aurait pu en attendre.

    Rebel Heart Tour - 2015 12 06 Amsterdam - Alex (45)

    Le premier interlude video est très esthétique ; sur Messiah, il met en avant l’indéniable talent des danseurs que Madonna choisi au fur et à mesure des années. Visuellement, sur les écrans, défilent des extraits du clip de Ghosttown ; pas très compliqué, comme vidéo ! Et nous pouvons faire ce même reproche pour le deuxième interlude, sur la chanson S.E.X. qui ne fait pas plus original même s’il souligne aussi les performances époustouflantes des danseuses et danseurs. Madonna n’aurait sans doute pas dû réaliser trois interludes sur des titres issus de l’album Rebel Heart ; c’est plutôt décevant !

    Rebel Heart Tour - 2015 11 07 - Prague (68)

    La critique de la suite du show est beaucoup plus agréable à lire, je vous assure ; pour la bonne raison qu’à partir de maintenant, le show ne cesse de gagner en qualité (au bémol prêt !). Sur Body Shop, et partiellement vocodée, Madonna revient sur scène dans une ambiance garage jamais exploité sur scène en 30 ans ! Et parce que quand on aime on ne compte pas, on ne voit désormais plus le temps passer ; aussitôt débuté Body Shop se termine et laisse place au premier speech de Madonna de la soirée. En somme, après un premier tableau proche de ce que Madonna a fait toute sa carrière, à savoir un show millimétré, aux chorégraphies et mises en scène menées à la baguette, Madonna se livre enfin à un exercice plutôt nouveau qu’elle va tenir, garantir et amplifier jusqu’à la fin : l’interaction avec le public. Avec True Blue réorchestrée et très joliment interprétée, un yukulele aux mains, Madonna fait enfin sa déclaration d’amour au public.

    Un très joli moment, prolongé dans un Deeper & Deeper plutôt inespéré (qui aurait cru à la résurrection de ce titre du milieu des années 90’s ?) certes chorégraphié mais aussi très « nouveau ». HeartBreakCity prend la suite, ne laissant pas l’ombre d’un doute : la qualité des chansons de Madonna ne démérite pas avec les années, et un titre issu de Rebel Heart n’a pas à rougir entre des tubes des années 80 ou 90 de la Madone, lorsqu’elle était intouchable, au plus haut sommet du monde de la musique ! Après une montée en sentiments amoureux lors de True Blue et Deeper & Deeper, Madonna nous dépeint à travers HeartBreakCity une rupture amoureuse.

    On comprend tout de suite qu’elle évoque son histoire avec son ancien danseur et petit ami Brahim Zaibat. Et l’histoire est très bien mise en scène. Madonna, après avoir jeté son danseur Marvin (jouant le rôle dudit Brahim), chante quelques lignes de Love Don’t Live Here Anymore (L’amour ne vit plus ici). Une surprise de taille autant qu’un ravissement pour l’ensemble des fans de la Madone qui ne pensaient pas un jour entre ce titre interprété sur scène. Afin de conclure l’histoire d’amour que Madonna vient de nous résumer, elle termine le deuxième tableau par Like A Virgin dans une version réorchestrée par un fan français vivant en Alsace-Lorraine. Cocorico ! Seule sur scène, toute de noir vêtue, Madonna arpente la très longue scène au bout, à l’arrière, à droite, à gauche, debout, couchée, à genoux. Si la mise en scène n’est pas sans rappeler celle de Let It Will Be du Confessions Tour, sans réelle chorégraphie mais plutôt une succession de pas et mouvements saccadés qui font le style scénique si unique de Madonna (quelle autre artiste se roule par terre à ce point ?), elle montre surtout le grand talent de la star, du haut de son mètre soixante-deux, à occuper la scène, si grande, longue et large soit-elle et à vampiriser son auditoire, le captivant sans mal ! Like A Virgin n’est donc pas une surprise ni une révolution ; c’est une déclaration, une affirmation du talent et de la stature de Madonna. Point.

    DSCN6230

    Je ne reviendrais pas d’avantage sur l’interlude S.E.X. qui déçoit, en même temps qu’il excite. Quatre lits, quatre couples, mixtes, une leçon de sexologie dispensée par Madonna sur les écrans géants, des danses particulièrement chaudes. Du déjà vu, un peu.

    Rebel Heart Tour - 2015 12 06 Amsterdam - Alex (87)

    La thématique du troisième tableau du spectacle est aussi quelque chose de déjà exploité : la culture latine et gipsy ! Soit. Déjà fait, en particulier lors du Sticky & Sweet Tour. Cette fois au moins, les costumes sont d’une grande qualité, à commencer par la tenue de torreador que Madonna dévoile sur Living For Love, dans une version remixée et plus electro. Exit le gospel de la version album, seuls sont conservés les danseurs déguisés en taureaux. Madonna arrive sur scène lovée dans une longue et magnifique cape tantôt rose, tantôt noire, et parcourt le long catwalk avant d’arriver, gravissant quelques marches scabreuses, sur la fameuse scène rouge ronde qu’elle occupait déjà dans son clip et lors du promo tour en Fevrier et Mars derniers. Après le triste incident de cape survenu en direct lors des Brit Awards, durant lesquels Madonna a fait une chute en arrière de 2m sur la scène, il fallait oser. C’est à cela que l’on reconnait aussi Madonna : ne jamais abandonner, ne jamais renoncer, mais aussi garder une grande part d’autodérision ! La cape donc ! Même sur la tournée, elle aura ici ou là posé quelques problèmes techniques ! Mais Living For Love est dans son ensemble un moment fort du show, tellement la mise en scène est léchée ! Les basses sont puissantes, les fans heureux, les menaçants taureaux balayés d’un revers de manche (longue) ; tout le monde en prend pour son grade et en redemande. La Isla Bonita, dans une version proche de l’originale, sans chichi, sans réorchestration monstrueuse ou ravageuse, prolonge à merveille le moment. A chaque fois, la même réaction du public : un grand et unanime cri d’exclamation et de joie que ce mégahit des années 80s soit présent ! Madonna est de plus en plus souriante, un sourire large et franc qui vous envoûte et vous transporte. Ce sourire, elle le garde par la suite, qu’elle enchaine par son medley Dress You Up / Into The Groove / Lucky Star aux sonorités caribéennes ou par une autre chanson de son choix. Ce moment du show où elle modifie la structure du spectacle est une première pour la Reine de la Pop qui, 30 ans durant, a habitué tout le monde avec des shows millimétrés laissant peu ou pas de place à l’improvisation. C’est à ce moment précis peut-être que tout bascule. Madonna se réinvente maintenant et pour le reste du spectacle : sourires, interactions, blagues ; même la façon de conclure le show est différente de ce à quoi la Madone a habitué son public ces 10 ou 15 dernières années. Qu’il s’agisse de Like A Prayer, Who’s That Girl, Don’t Tell Me, Secret ou le trop peu présent Ghosttown (pourtant 2e single de l’album Rebel Heart, et élue meilleure chanson de 2015 par les lecteurs du Rolling Stone Magazine), chaque choix de chanson dans une version acoustique est une réussite. Dommage malgré tout que Ghosttown n’ait pas une place plus importante dans le show. A ce titre, Joan Of Arc aurait également mérité d’être présente dans la setlist de la tournée ! Une absence que je regrette personnellement. Rebel Heart vient conclure avec brio un troisième tableau marqué par une proximité sans précédent entre Madonna et ses fans de tous âges, appuyant son discours initié dès le MDNA Tour sur la tolérance, l’amour, le respect et la dignité humaine, le partage et l’ouverture d’esprit. A ce titre, Rebel Heart ne crie rien d’autre que tout cela : véritable hymne de la Revolution Of Love chère à Madonna, elle enthousiasme véritablement le public tout entier, qui va bientôt être soufflé par le troisième et dernier interlude du concert.

    Rebel Heart Tour - 2015 11 07 - Prague (135)

    Alors que les deux premiers sont plutôt décevants, l’interlude sur Illuminati est un chef d’œuvre. Ouvrant le bal d’un quatrième et dernière tableau placé sous le signe des années folles, Illuminati voit 6 danseurs faire des acrobaties plus invraisemblables les unes que les autres, jonchés en haut de perches de plus de 4m de long, virevoltant au-dessus des premiers rangs de spectateurs. A voir une fois dans sa vie, un autre moment fort du show, sans la présence de Madonna une fois n’est pas coutume. La dernière ligne droite du spectacle est ainsi lancée ; dans un rythme endiablé que seule une ballade chantée en français va apaiser temporairement, s’enchaîne quelques uns des plus gros tubes de la carrière de Madonna, entre autres. Music démarre les hostilités. Madonna arbore un nouveau costume, qui n’a pas d’égal dans sa carrière. Un body noir surmonté de centaines d’éléments et diamants swarovski, un chignon et une mèche ondulée, à la façon des plus grandes divas à paillettes, la touche Madonna en sus (le body noir !). Ravissante Madonna. Le cabaret façon Madonna, bien que déjà exploité par le passé, à ici une saveur nouvelle ; on parle d’années folles, on parle de cabaret français, on parle de Josephine Baker, on parle de gangsters, dans une ambiance tout à fait Gatsby le Magnifique. La version de Music (Music, 2000), mixée à quelques notes de Give It 2 Me (Hard Candy, 2008), prend de la force avec une intro très chic, un final « Get Stupid » fort en basse et en cris et, entre deux, un pont qui offre à la Madone un espace de liberté d’expression. La partie en slow-motion en clin d’œil au cinéma muet de l’époque, mettant en scène deux danseurs se battant pour Madonna, est particulièrement appréciée des fans. On aurait bien vu ici un birdge avec Bad Girl (Erotica, 1992), mais c’est un spectacle très en phase avec le thème qui nous est livré : dans un silence religieux, Madonna gravit avec un brin de folie une montagne de tables pour finalement arriver au top, plébiscitée par la foule et admirée par les gangsters et danseuses l’entourant. Ou l’inverse ! Tantôt, ce bridge sans musique est l’occasion pour Madonna de remercier ses fans, tantôt pour saluer le Pape, tantôt pour faire chanter à 20.000 spectateurs français la Marseillaise a capella !

    Sans temps mort, Music fond dans la chanson suivante, Candy Shop ! Décidément, une chanson forte appréciée par Madonna qui, depuis sa sortie album en 2008 (Hard Candy), n’a cessé de l’interpréter sur scène à chaque tournée (Sticky & Sweet Tour, MDNA Tour et Rebel Heart Tour). Jamais sortie en single, on pourrait trouver curieuse voire dérangeante cette énième interprétation de Candy Shop ; mais il n’en est rien, et bien que la version soit plus proche de l’originale que la mouture 2012 du MDNA Tour, le public est toujours réceptif et semble apprécier le moment ! Un très bon choix, tout à fait dans le thème donc, qui fait même oublier qu’entre Music et Candy Shop/Hard Candy, mine de rien, il y a un gouffre en termes de succès commercial ! Encore une fois, Madonna réussit à gommer les âges et les différences de ses chansons dans un spectacle à la setlist proche de la perfection (proche !). Après avoir batifolé entourée de ses danseuses uniquement, Madonna se retrouve cernée de danseurs virils et en costume trois pièces.

    A fond dans son rôle, la Queen of Pop version années folles prend plaisir à revisiter Material Girl, qu’elle adore détester et déteste aimer ! Il faut dire qu’il s’agit sans doute de la chanson la moins comprise des médias de sa carrière. Prise au premier degré, on y comprend une Madonna matérialiste et obsédée par l’argent. Ce qu’elle n’a pas franchement contredit par ses faits et gestes durant la majeure partie de sa carrière ! Mais Madonna ayant toujours souligné l’aspect second degré du tube, elle joue de cela pour interpréter cette fois-ci sur scène une cougar qui joue avec les hommes et les jette à sa guise, avant de se retrouver, bouquet à la main, bientôt mariée, affublée d’un voilage blanc de robe de mariée ! Clin d’œil à son album Like A Virgin tout entier, M joue son personnage de femme qui croit à l’amour mais à qui l’amour précisément n’a pas forcément réussi. Ce moment où elle lance le bouquet pour trouver un nouveau mari, ces instants où elle se livre sur sa déception d’avoir raté deux mariages, ce temps d’interaction avec un homme ou une femme du public pendant lequel tout semble pouvoir arriver, et un autre des temps forts du show. Une Madonna absolument inédite, drôle, passionnée et encore drôle se montre ici ! L’étonnement est infini, avec elle !

    Rebel Heart Tour - 2015 11 07 - Prague (176)

    C’est alors que le spectacle, qui touche à sa fin on le sait, prend encore une nouvelle dimension lorsque, seule sur scène, assise sur une scène surélevée grâce à un lift, rideaux rouges dignes du Moulin Rouge tirés et dressés comme seul décor, yukulele en mains, la Reine de la Pop Music reprend un classique d’Edith Piaf, La Vie En Rose ! Dans un français tantôt hésitant, tantôt irréprochable (selon les soirs !!) avec un accent à la Jane Birkin, mais toujours séduisant à souhait, elle déclare sa flamme à toute la salle. Un vrai et beau moment qui permet à la Diva d’exposer toute l’étendue de son talent et ses capacités vocales, si décriées (parfois justifié, soyons honnêtes !). A se demander ce que vient faire le vocoder sur Body Shop ou Iconic tant sa voix sait être d’une harmonieuse justesse ! Un moment qui mériterait à chaque soir une standing ovation, à mon avis !

    Rebel Heart Tour - 2015 11 16 Herning - Alex (91)

    Alors qu’elle nous a habitué, 3 tournées durant, à conclure ses shows par une succession de 2 ou 3 chansons festives et dance si possible, Madonna nous fait le plaisir cette fois d’innover ! Exit la suite La Isla Bonita/Lucky Star/Hung Up avec participation du public du Confessions Tour 2006, exit la suite similaire Hung Up/Give It 2 Me avec participation du public du Sticky & Sweet Tour 2008-2009, exit aussi le copié/collé Like A Prayer/Celebration avec participation du public du MDNA Tour 2012 ; cette année, Madonna fini son show par La Vie En Rose/Unapologetic Bitch/Holiday, en faisant même monter sur scène un(e) fan, ou un(e) ami(e), ou une célébrité ! Encore une fois, une première pour Madonna qui a, sa carrière durant, que très très rarement fait monter des invités sur scène (rares fois durant le Blond Ambition Tour, son père inclus, et quelques guests ici ou là dont Pharrell Williams, Britney Spears, Justin ou encore Lenny Kravitz !)

    Alors que la chanson n’a rien d’exceptionnel sur l’album, Unapologetic Bitch trouve un vrai intérêt sur scène avec cette mise en scène simple mais efficace ; on adore écouter Madonna affirmer qu’elle sait aller de l’avant et ne laisse pas abattre par une déception amoureuse ! Clin d’œil direct à Brahim Zaibat. Reste à expliquer ou comprendre ce que vient faire dans ce contexte la banane que Madonna offre chaque soir à l’unapologetic bitch montée sur scène !!!! Le public aime et trouve cela très drôle ; Madonna tient le rôle de standupeuse à merveille ! « Bye Bitches » s’inscrit sur les écrans. Certains spectateurs y croient et quittent les gradins rapidement, pensant ainsi pouvoir éviter les classiques embouteillages en sortie de parking !! Mais quelle scène comique quand, Holiday résonnant, on assiste au retour de dizaines de ces personnes, visiblement surprises d’un rappel qui n’en est pas véritablement un (Madonna nous a déjà fait le coup plusieurs fois en 10 tournées !!!). Non pas que les spectateurs ne la rappelleraient pas ; mais elle n’est pas du genre à laisser place à autant « d’incertitudes » et surtout à une fin qui ne serait pas celle qu’elle souhaite montrer !

    Elle qui a toujours affirmé que la première chose à faire pour réussir un show est de lui donner un début et une fin époustouflantes va pourtant se contredire ici, maintenant ! Quelle idée a bien pu lui traverser l’esprit au moment de choisir Holiday comme chanson finale de son Rebel Heart Tour ? Bien sûr, ce tube des années 80 est depuis devenu un véritable hymne à la fête et à la légèreté. Et c’est probablement en ce sens que Madonna a choisit Holiday comme final. Une façon évidente de conclure son propos de paix et d’amour, de partage et de joie alors même que la période que nous traversons n’est pas franchement la plus réjouissante, pleine de guerres, pleine de haines, pleine de rejets, pleine de souffrance et de misère. Malgré tout, Holiday en final reste du déjà-vu, dans une version qui plus est en-deçà des précédentes (les versions du ReInvention Tour et du Drowned World Tour sont particulièrement plus réussies !).

    Rebel Heart Tour - 2015 12 10 Paris - Alex (270)

    Mais parce que je trouve dommage de finir un show, objectivement d’une grande qualité (qui n’arrive néanmoins pas à la hauteur du MDNA Tour ou du Confessions Tour à mon avis), avec une note moins positive, je souhaite finir cette review sur une note très positive ! En soulignant encore et encore l’exceptionnelle qualité du show au regard de bien d’autres shows d’autres artistes, à la carrière certes moins longue mais tout aussi florissante à ce jour. Madonna, preuve à l’appui grâce à ce Rebel Heart Tour, montre et justifie à nouveau de son titre tant convoité de Reine de la Pop. Elle est à ce jour, et depuis plus de deux décennies maintenant, la seule à savoir aussi bien maîtriser la conception, l’exécution et la présentation d’un concert. Acharnée et professionnelle jusqu’au bout des ongles (des vidéos des répétitions du MDNA Tour 2012 circulant depuis début Décembre sur internet montrent une Madonna dirigeant dans les moindres détails chaque aspect du show), elle a acquit une rigueur et une acuité inégalées qui lui permettent de mettre sur pied des monstres scéniques. Entourée de personnes très talentueuses, chacune dans son domaine, qu’il s’agisse de Monte Pittman à la guitare depuis plus de 15 ans auprès d’elle, des danseurs et danseuses, des choristes, des techniciens du son, de la lumière et de l’image, des maquilleurs et costumiers.

    Bien sûr le show n’est pas parfait, souffrant sans doute de quelques déjà-vus que l’on pourrait imputer soit à un manque d’imagination ou de moyens, soit à la présence depuis de très nombreuses années d’une équipe de direction artistique (à la tête de laquelle Jamie King) non renouvelée qui, de façon tout à fait logique, reproduit ici ou là des chorégraphies, des scènes, des thématiques, des vidéos screens… Notons toutefois aussi la participation, dans une moindre mesure comparée au MDNA Tour 2012, de la compagnie Moment Factory pour la lumière et l’image. Et gageons sur plus d’audace lors des prochaines tournées. L’audace est de loin la marque de fabrique numéro une de Madonna ! Alliant l’audace et le talent scénique que l’on pourrait sans mal admettre inné chez elle, la Reine de la Pop a encore de longues années devant elle ; elle a commencé sans l’ombre d’une difficulté sa mutation scénique, s’appuyant un peu d’avantage sur la prestance des danseurs autant que sur l’humour et l’interactivité avec le public pour réduire la cadence évidemment éreintante d’une tournée longue de 80 ou 90 dates à travers 4 continents ! All hail the Queen of Pop ! Long Live the Queen of Stage !

     

    Classement personnel des shows de Madonna :

    10. The Virgin Tour
    09. ReInvention Tour
    08. Sticky & Sweet Tour
    07. Who’s That Girl Tour
    06. Drowned World Tour
    05. Rebel Heart Tour
    04. The Girlie Show
    03. MDNA Tour
    02. Blond Ambition Tour
    01. Confessions Tour


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires